- Une augmentation de la quote-part allouée par chaque commune équivalente à un apport supplémentaire d’un euro par habitant en 2014. Pas question donc ici d’une taxe supplémentaire pour les citoyens, cet apport financier viendra d’un effort supplémentaire de chaque commune sur son budget propre.

- Une contribution annuelle substantielle des deux intercommunales IDETA et IEG via une pérennisation de l’accord existant. 

" /> Marie Christine MARGHEM - Actualités à Tournai

Marie Christine MARGHEM

Députée Fédérale Première Echevine

télécharger le tract de campagne
Jan 20, 2014

La décision concernant le financement de No Télé


La décision concernant le financement de No Télé prise par la conférence des Bourgmestres à laquelle j’ai eu l’occasion de participer est pour le MR du Hainaut occidental une décision sérieuse, durable et responsable.
Cette solution tient en deux points :

 

- Une augmentation de la quote-part allouée par chaque commune équivalente à un apport supplémentaire d’un euro par habitant en 2014. Pas question donc ici d’une taxe supplémentaire pour les citoyens, cet apport financier viendra d’un effort supplémentaire de chaque commune sur son budget propre.

- Une contribution annuelle substantielle des deux intercommunales IDETA et IEG via une pérennisation de l’accord existant. 

 

Cet accord a donc le mérite de donner une perspective d’avenir à No Télé qui pourra ainsi poursuivre ses activités d’informations et de mise en valeur du patrimoine et de la vie associative culturelle et sportive de Wallonie picarde.
Mais cette solution durable n’a d’avenir que si chacun fait face à ses responsabilités, notamment No Télé. Dès lors, au nom du MR, j’ai été très ferme sur les conditions à exiger en échange de ce financement qui implique des deniers publics. Il s’agit notamment de demander à No Télé 


- De communiquer aux communes très rapidement son budget 2014 incluant déjà des recettes supplémentaires pour 160  000 euros et des diminutions substantielles de dépenses.


- D’élaborer un plan financier pluriannuel d’entreprise clair, précis et équilibré comportant une restructuration rigoureuse de toutes les dépenses et recettes générées par l'outil sans quoi aucune demande financière supplémentaire ne sera recevable pour le MR.


- De mettre en place un comité de rémunération qui doit permettre au Conseil d’Administration d'établir des règles et des balises claires en termes de gestion du personnel et donc de maitriser les dépenses de fonctionnement.


- Ces éléments devront être présentés aux communes pour le mois de juin prochain au plus tard. Cet accord permettra à No Télé de présenter un projet d’avenir aux citoyens de Wallonie picarde que ce soit à travers sa gestion ou sa programmation. Comme Présidente du MR du Hainaut Occidental, j'annonce que ma formation politique sera le garant de ce contrat moral tel que débattu démocratiquement non seulement au sein de nos instances mais en conférence des Bourgmestres.


Je voulais souligner en effet que la conférence des Bourgmestres avait été l’occasion pour chacun de présenter ses pistes de solutions. La proposition d’une ligne de crédit de 2 millions d’euros garantie par les communes a donc été débattue mais s’est avérée d'emblée impraticable car :


- Les trois communes les plus importantes du Hainaut Occidental (Tournai - Ath - Mouscron) sont sous la tutelle du Centre Régional d’Aide aux Communes (CRAC) et donc soumises à un plan de gestion financier contraignant. Une telle garantie pour l’emprunt d’un tiers ne peut donc pas être consentie sous peine de nuire aux investissements nécessaires pour ces communes.


- Cet emprunt auprès d’une banque, pour autant qu'il se soit trouvé un banquier pour y consentir, aurait  alourdi le déficit de No Télé  notamment en termes de charges d'intérêt et donc augmenté à moyen terme la contribution des autres communes !


- Les difficultés financières de No Télé sont surtout liées à un défaut de financement structurel qui provient notamment de choix politiques supralocaux antérieurs. Si nous reconnaissons que No Télé participe de notre projet de territoire et en est un des outils de développement, il nous appartient d'y prendre part nous-mêmes résolument MAIS en formulant nos exigences légitimes en termes de restructuration. 


Une décision aussi importante pour la Wallonie picarde se devait d'être conduite avec le sens de l’intérêt général  sans avoir à souffrir de petits combats idéologiques si banals en cette année électorale. Ces dernières semaines, j’ai été frappée de voir l’élan de solidarité et la mobilisation qu’ont suscités les débats autour de l’avenir de la télévision locale. Les citoyens et le personnel de No Télé attendaient de nous des solutions et non des paroles, c’est ce que le MR a tenté de faire. À travers cette décision, les communes ont réaffirmé leur confiance en No Télé, facteur d’union et d’identité de la Wallonie picarde. Désormais, c’est à No Télé de s’en montrer digne.

Catégorie : Actualités à Tournai
Posté par : marghem

© Copyright 2012 Marie Christine MARGHEM
R infographie